bandeau test 3

7 novembre 2020 au Carreau du Temple

Cours de danse traditionnelle d'Afrique de l'Ouest

Oumy Artiss et le danseur Papson Sylla vous proposent un cours de danse traditionnelle d'Afrique de l'Ouest au coeur du Marais. Ses percussionnistes et le DJ Ynelsaitham vous accompagneront sur des rythmes à la fois traditionnels et modernes.
Jeunes amateurs, ou grands confirmés sont les bienvenus à partager ce moment unique le 7 novembre 2020 au Carreau du Temple !

STAGE DANSE AFRO HOUSE

Stage de danse afro percu house | Le Carreau du Temple

Ceramique Affiche 2020

SALON AFFICHE2020

Déambulation littéraire 20 09 20

Dominique Cozette

"La fois où j’ai failli tuer la reine des yéyés"

Livre Dominique Cozette la fois ouTout ce qu’on a à vous offrir pour le moment (et c’est un moment qui devient un peu longuet), c’est la lecture de « La fois où j’ai failli tuer la reine des yéyés ». L’auteure est l’une de nos ferventes adhérentes depuis toujours puisqu’elle a participé (avec 3 autres comparses) à la création de la Compagnie des œillets.Dans son livre autobiographique, Dominique Cozette nous démontre brillamment, par A (comme Avatars sur ma vie d’Avant quand j’étais chanteuse) + B (comme pas de Bol) comment elle a raté sa vie.Une petite voix intérieure lui souffle toutefois que rater sa vie comme ça, y’a pire ! Bref, on vous souhaite à toutes et à tous de la rater avec autant de brio. Et de prendre plaisir à lire ce livre drôle et néanmoins intense. A commander chez votre meilleur libraire.

Et pour ceux qui ne connaissent pas encore son blog : Cozette vide sa plume.

« La fois où j’ai failli tuer la reine des yéyés », par Dominique Cozette, éditions Chum, distribution Hachette, 294 pages 19,50 €

lundi 27/07 - 20h30 - Ivry - Le Luxy

"Monsieur Deligny, vagabond efficace"

Film de Richard Copans. 2020 Durée : 1h 35min

Avec Jean-Pierre Darroussin, Sarah Adler, Mathieu Amalric, Fernand Deligny

Monsieur DelignyFernand Deligny, écrivain, instituteur, éducateur a consacré sa vie à mêler son désir de cinéma et l’accueil d’enfants autistes. Ce documentaire captivant retrace 40 années de son travail exceptionnel où il articule essais cinématographiques et expériences de vie.
Deligny invente des lieux de vie qui permettent aux enfants et adolescents d’échapper à l’enfermement. Il invente un atelier permanent de recherche sur ce qui fait l’humain au-delà du langage. Un documentaire humaniste aussi étonnant qu’essentiel.

https://luxy.ivry94.fr/166-3302/fiche/monsieur-deligny-vagabond-efficace.htm

N'hésitez pas à faites passer le mot, si vous connaissez quelqu'un.e susceptible d'être intéressé.e et si vous le pouvez.

Adeline Nunez "La scene buissonniere" Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Portes Ouvertes des ateliers d’artistes 2020

La municipalité d’Ivry vient de nous informer de l’annulation de l’évènement «  Pleins Feux sur Ivry ». En conséquence, les Portes Ouvertes habituellement organisées sur l’ensemble de la ville n’auront pas lieu cette année.

Toutefois, la Compagnie des Œillets souhaite programmer un évènement au début du mois de décembre 2020 si les conditions générales liées au Covid 19 le permettent.

Si tel est le cas, nous tenterons d’organiser un week-end festif dans les ateliers privés de la Manufacture des œillets.

Dès que possible nous lancerons un appel à candidatures pour les artistes qui souhaiteraient exposer.

Nous savons que nombre d’entre vous sont très actifs en cette période particulière et nous serons ravis de vous retrouver au plus vite dans l’action.

Galerie Abstract Project du mercredi 17 au samedi 27 juin 2020

Exposition COULEURS

Expo Gilles Hirzel Galerie Abstract

Galerie Abstract Project - 5 rue des Immeubles-Industriels, Paris 11è - mercredi, jeudi, vendredi : 11 h - 15 h - samedi : 14 h - 19 h

Les exposants - Carol-Ann BRAUN - Michel DEBULLY - Delnau DELNAU - Philippe Henri DOUCET - Michel-Jean DUPIERRIS - Isabelle GIROLLET - Gilles HIRZEL - Sylvie JORAJURIA - Carlos JULLIAN de la FUENTE - Danielle LESCOT - Erik LEVESQUE - Paskale MET - Célia MIDDLEMISS - Pierre MORQUIN - André NADAL- Ana PEREZ-VENTURA - Anne-Marie PERNET- Françoise PIERZOU - Madeleine SINS - nous parlent du réveil de la vie après l’anxiété et les contraintes de l’enfermement. Même si l’avenir reste imprécis et flou et que la « distanciation » perdure, la porte Rouge de la galerie est ouverte sur l’éclat du renouveau des Couleurs offertes à profusion par les artistes présents.

Pour rendez-vous éventuel avec Gilles Hirzel : 06 80 75 45 43 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Paul DALMAS-ALFONSI, Récit corse

Ensauvagé : fantôme corse

En écho à son Mercredi des Œillets du 4 mars dernier autour de « la Corse, une œuvre d’art », Paul Dalmas-Alpfonsi, nous propose un court récit corse qu'il définit comme une « histoire de souffle et de liens ». 

Paul D A La Passe n13 Ensauvagé fantôme corseDe sorte que… Première étape : il aurait fallu que j’attende qu’il se décide à faire moins chaud et que j’aie rétabli assez figure humaine (dormir la nuit ; accélérer) pour pouvoir raconter l’histoire.
Juste rappel des faits au début de l’intrigue, dans mon étonnement à ces évènements ; et toutes précisions sur de curieux accords (d’autres habitants du village ont vécu la même expérience), de bien étranges coïncidences dont je n’ai eu la connaissance qu’il y a quelques jours, tout au plus.
Voici le récit pur et nu. Le voici d’abord : certains de ses tenants les plus énigmatiques seront exposés plus avant, pour satisfaire le lecteur. Ce dernier doit être informé.
La chaleur d’été s’éternise. On peut à peine raconter mais je saurai prendre sur moi. J’aurai le courage d’écrire.

Ce doit être vers le 10 août de l’an passé (en 1996) que j’ai entendu, pour ma part, ce bruit pour la première fois.
20 h 30 ou 21 h. Je suis sorti sur la terrasse de la maison Orsini. L’atmosphère devenait bleutée, souple, en écho au temps brûlant ; pas encore tout à fait "entre chien et loup", et sans menace a priori, puisqu’il convient d’être précis. Crépis, dallages et béton chauds se concentraient sur la maison.
En bordure de la plateforme, très en surplomb sur la vallée, une brise venait glisser − depuis les bois de châtaigniers, aulnes et cerisiers, et les crêtes de la montagne.
Dans la maison, premier niveau, la grande pièce en profondeur, salle à vivre d’été. Le repas très vite expédié, on y parlait comme d’habitude, sans avoir encore allumé. Il faisait sombre et reposant, car donnant l’impression du frais. La pénombre pariait sur lui. On y prenait un peu d’avance car il ne viendrait qu’à la nuit.

Moi, j’étais sur cette terrasse. J’étais seul à ce moment-là. Debout. Je regardais négligemment cette vallée qui se calmait. Un spectacle des plus habituels : pentes affirmées et mer au loin, un peu brillante, et peu de trafic perceptible. J’ai perçu le bruit régulier, une respiration présente, comme un souffle des plus profonds.
Quelqu’un dormait déjà dans une des pièces de l’arrière, croisées ouvertes et jalousies, contre le mur et les rochers, en contrebas d’où je me trouvais ? Non, sûrement pas.
J’ai pensé à un animal, un peu costaud nécessairement, installé tranquille à l’abri des broussailles d’une restanque, ancienne planche de jardin abandonné depuis longtemps. J’ai perçu ce souffle assez proche, si paisible et trop régulier.
Une vache ? De celles qui battent la campagne, fantasques et peu contrôlées, avec leur front sévère et leur agilité − et qui, auparavant, ne se seraient jamais avisées de s’approcher autant de nous (les rapaces s’y mettent aussi, les renards et les sangliers. Et tous les rongeurs. Les rongeurs.) Les anciens terrains cultivés sont repartis vers la broussaille, vers les ronces et vers le maquis. L’un de ces bovins ensauvagés devait s’être mis au repos, à un jet de pierre de maison, au secret d’un dénivelé et difficile à déloger du fait de l’enchevêtrement de la végétation. Plutôt bien vu. D’accord. Logique.
Le lendemain, même endroit, même heure, avec expérience identique.
J’en suis resté au même point : pas l’ombre de l’idée d’en parler à quiconque.
Le troisième soir ? Je devais être ailleurs (sur ma terrasse à moi, écoutant la radio). Et je n’y pensais pas. L’animal astucieux sommeillerait en paix − avec son bruit trop mesuré.

− « Tu l’avais entendu, toi, le souffle ?
− Oui… Parce que, toi aussi, tu l’avais repéré ?
− Ça nous a inquiétés, le soir. Je n’ai pas pu me reposer.
− Je ne sais pas pourquoi mais je n’en ai rien dit.
− Nous, non plus. Et même nos voisins, qui viennent d’en parler. Mais eux le disent bien, que ce n’était pas une bête.
− C’est vrai que cet été-là, on était tous en deuil. »

1 Extrait de la revue La Passe, n°13, automne 2011, p. 12-14.- illustration : Tristanu Felice

La Meduse orpheline«La Méduse orpheline»

Poésie à écouter

Adeoumi Kouchanou propose, à la manière d'un slam/rap, une lecture de la «La Méduse orpheline», œuvre poétique du dramaturge haïtien Frankétienne, sur une musique de Ynel Saitham. Laissez-vous transporter par ces trois premiers épisodes.

La méduse orpheline sur Youtube

Annulations mois de juin

La Compagnie des œillets a beau être confinée, elle se prépare à redémarrer ses activités en septembre. Jusque là, nous sommes condamnés à ne pas se rencontrer et les événements prévus en juin (Bagua, art martial avec David Rimbert mercredi 3 juin, concert Schubert au pianoforte de Laure Colladant, samedi 6 et Ciné des œillets dimanche 28, « Microcosmos ») sont annulés.

Si tout va bien, d’ici la fin de l’année, nous vous proposerons à nouveau des « mercredis » ainsi que des soirées artistiques, et sans doute un week-end « portes ouvertes ». Dès que possible, nous vous informerons de la programmation que aurons réussi à mettre en place.

La Compagnie des Œillets vous souhaite un bel été heureux et stimulant.

Annulation Mercredi 6 mai 2020

Xavier de Nombelle

X De Nombelle 01

Chers adhérents,

Encore un mercredi sans vous, sans nous... Ce qui ne nous empêche pas de prendre connaissance de l'exposition qui était programmée pour le mercredi 6 mai au C33 : la voiture, une sculpture.
A l'heure où nos véhicules du quotidien sont devenus des outils inutiles, il est revigorant d'admirer des œuvres d'art intemporelles, sublimées par ce qu'elles racontent : les histoires des ingénieurs, des designers et des artisans qui ont donné naissance à de superbes mécaniques aussi techniques qu'artistiques.
Photographe depuis 30 ans, Xavier de Nombelle, spécialisé dans le monde de l’automobile ancienne, vous propose un aperçu de son travail :

www.xavierdenombel.com - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Récits de vie en Lorraine

La fumee du gueulardA défaut de pouvoir présenter leur spectacle en live au C33, la conteuse Ariel Thiébaut et la musicienne Bérengère Charbonnier, qui forment le duo mouveLOReille, proposent aux adhérents de la Compagnie des œillets (qui avait programmé avec elles une soirée contes le 16 mai ) de partager :

- des extraits de leur création contée en musique : La Fumée du Gueulard  https://www.youtube.com/watch?v=CIi0woHzBjY

- un documentaire de Stéphane Bubel et Emmanuel Graff : L’Héritage de l'homme de fer https://egraff.com/hdhdf.html

Par ailleurs, et sans rapport avec la sidérurgie lorraine, elles nous invitent à découvrir un site original sur lequel chacun peut prendre un rendez-vous téléphonique inédit avec un artiste des Bouffées d’Art. C'est gratuit, accessible à tous et débordant de poésie. https://lesbouffeesdart.org/

Pour en savoir plus sur ce duo créatif : http://www.mouveloreille.fr/ et https://fr-fr.facebook.com/mouveloreille/

Miroirs, notre histoire

par Laurine et Audrey

special confinementAudrey Marville et Laurine Stofft, mobilisées à l’accueil de jour des demandeurs d’asile et réfugiés de l’association Aurore des Grands Voisins, devaient participer au Printemps des Poètes 2020 à la compagnie des Œillets avec leur projet « Miroirs, Notre Histoire ».
A défaut de pouvoir exposer au C33, elles proposent à la Compagnie des œillets de se faire le relais de leur travail, qui met en lumière l'isolement des personnes en situation de précarité. En lien ici : "Miroirs, notre Histoire"

https://miroirsnotrehistoire.wordpress.com/

"Aller simple pour Monrovia"  de Anick Roschi

Aller simple pour Monrovia

Anick Roschi, qui avait été retenue pour participer à notre au Printemps des Poètes 2020, offre aujourd'hui à la Compagnie des œillets l'une de ses nouvelles : "Aller simple pour Monrovia".
Bonne lecture à tous et prenez soin de vous.

Nouvelle à télécharger  ici

Deux liens utiles : Editions Stellamaris - Editions du Cygne

«Une baignoire de sang» de Béarice Hammer

Une baignoire de sang«Une baignoire de sang» de Béarice Hammer, est sorti comme prévu le 13 mars aux éditions Alter Real. Il devait faire l'objet d'une soirée polar au C33 le 25 avril.
Évidemment, la crise sanitaire ne facilite pas sa diffusion... mais il est disponible en numérique par exemple sur le site de la Fnac à l'adresse suivante : bit.ly/38AwtEo ou sur bookenstore bit.ly/3bGzOE3.

Résumé :
Pourquoi Julie, jeune pigiste talentueuse, est-elle retrouvée morte, les veines ouvertes, dans sa baignoire ? Et qui est donc Mina, cette jeune fille asociale, qui vit dans la rue depuis le jour de ses 18 ans, et dont les proches semblent mourir les uns après les autres ? Gloria Basteret, enquêtrice à la Crim, va tout faire pour répondre à ces questions. En plus de son enquête, Gloria doit supporter les exigences de son nouveau chef qui la déteste, s'occuper seule de ses deux enfants, veiller au bien-être d'un cheval nain... et rêverait de réinvestir une vie amoureuse trop longtemps négligée. Ceci l'amène à user de méthodes peu orthodoxes, sans prendre la mesure des dangers qu'elle fait courir à ses proches, en particulier à ses enfants. Dans ce roman noir plein de suspense, Béatrice Hammer bouscule les clichés et met en scène des personnages aussi attachants qu'originaux.

 

Calendrier des activités de la Cie des œillets – 1er semestre 2020

Chaque événement est annoncé avec l’heure précise et le détail des activités artistiques proposées dans le C33, sur ce site et par une newsletter envoyée à tous les adhérents.
Pour mémoire :
- les « Mercredis des œillets » commencent à 19 h 30 (avec quelques liquides et solides à partager en toute convivialité).
- les soirées sont généralement programmées entre 17 et 18 h. Un pot amical est organisé par la Cie après le spectacle.
- les activités du week-end se déroulent de 14 h à 20 h, avec un vernissage organisé par les artistes et la Cie.
- le « Ciné des œillets » débute précisément à 17 h 30.

Evénements prévus (sous réserve de changements potentiels)

dimanche 2 février : Ciné des œillets (Robin des Bois)
mercredi 5 février : Photographies (Guillaume Dimanche)
mercredi 4 mars : La Corse, une œuvre d’art (Paul Dalmas)
samedi 7 mars : Journée des Droits des femmes (P. Guillemet + Ciné/débat)
samedi 14 mars : Concert chansons (Anne Clémentin)
dimanche 15 mars : Ciné des œillets (La Belle et la Bête)
ANNULÉ week-end 21/22 mars : Printemps des Poètes (le courage)
ANNULÉ mercredi 1er avril : Littérature et gastronomie (Frédéric Abergel)
ANNULÉ dimanche 19 avril : Ciné des œillets (Le Peuple migrateur)
ANNULÉ samedi 25 avril : soirée polar  (Béatrice Hammer)
ANNULÉ dimanche 3 mai : concert de Sou Alam, voyage en terre du Portugal
ANNULÉ mercredi 6 mai : Photographies de voitures-sculptures (Xavier De Nombel)
ANNULÉ samedi 16 mai : soirée conte (Ariel Thiébaut)
ANNULÉ dimanche 24 mai : Ciné des œillets (L’Ours)
ANNULÉ mercredi 3 juin : Le Ba Gua, art martial (David Rimbert)
ANNULÉ samedi 6 juin : Concert Schubert (L.Colladant, pianoforte, S.Lancaster, bariton)
ANNULÉ dimanche 28 juin : Ciné des œillets (Microcosmos)